Swissstaffing

La flexibilité a besoin de stabilité

Voici le mot d’ordre pour le jubilé de swissstaffing. Chacun souhaite plus de flexibilité, les employeurs comme les employés. Or, la flexibilité requiert de la stabilité. Les entreprises de location de services ont donc mis en place des solutions adéquates.

Les intérimaires sont de plus en plus nombreux. En 2017, le nombre d’heures de travail a augmenté de 5,8%. 340 000 personnes travaillaient en intérim. Les raisons? Le marché du travail qui exige une flexibilité croissante, et l’évolution économique en général. C’est un signal positif pour notre branche et pour swissstaffing, qui fête son 50e anniversaire cette année. Notre association saisira cette occasion pour exprimer ses remerciements, mais aussi pour mettre en avant les opportunités offertes par le travail temporaire ainsi que la diversité des formules proposées par les entreprises de location de services.

Amorcer une nouvelle étape

Le travail temporaire est convoité: pour réintégrer le marché du travail après une pause ou pour mieux combiner vie professionnelle, familiale et personnelle. Ou encore pour gagner de l’argent pendant une formation. Cette manière de travailler devient un moteur d’intégration et d’emploi. Un job temporaire mène souvent à un contrat fixe ouvrant des perspectives de carrière. Les personnes difficiles à placer ont plus de chances de trouver un travail via les prestataires de services de personnel. Cela les aide à rester sur le marché de l’emploi. Et cela décharge les caisses de l’État. Après une mission, les intérimaires sont mieux préparés à relever des défis professionnels. Selon l’étude «Le travail temporaire en Suisse 2014» de swissstaffing, près de la moitié des personnes étaient en formation ou sans emploi avant de commencer leur mission temporaire. Après leur mission, quatre intérimaires sur cinq restent sur le marché de l’emploi. Et la moitié de ces personnes signe un contrat fixe dans l’année qui suit. Les jobs temporaires sont donc un formidable tremplin.

Pour les experts

Au cours des dernières années, la branche du travail temporaire a énormément évolué. Par le passé, les entreprises d’intérim plaçaient surtout des personnes peu qualifiées. Aujourd’hui, la pénurie de main-d’œuvre spécialisée et la forte demande économique et sociale en matière de flexibilité entraînent une qualification croissante de notre branche. Actuellement, 67% des intérimaires travaillent comme main-d’œuvre qualifiée. Quelle que soit leur branche, les jeunes diplômés, les spécialistes et les personnes qui ne souhaitent pas (encore) un emploi fixe apprécient cette forme de travail. Pour quatre intérimaires sur dix, ce modèle correspond mieux à leur situation de vie.

La stabilité a elle aussi besoin de flexibilité

Le travail flexible fait aujourd’hui partie de notre système économique. En Suisse, 175 millions d’heures de travail temporaire ont été effectuées en 2017. Cela correspond à environ 2,3% des personnes actives en Suisse. Le travail intérimaire permet aux entreprises indigènes de rester concurrentielles au niveau international, de trouver des solutions à la pénurie de main-d’œuvre et de compenser des variations saisonnières. Cela les aide à répondre à la pression des prix et des délais – dans chaque branche et même dans le secteur public. Les travailleurs qualifiés dont elles ont un besoin urgent ne se dénichent souvent que via des services de l’emploi professionnel. Et les emplois intérimaires sont fréquemment des jobs qui n’existent pas sous forme de contrat fixe. Pour pouvoir garantir des prestations toujours égales, les entreprises doivent pouvoir compenser les pics de travail et les absences dues à la maladie.

Bien plus que de simples placeurs

L’étude actuelle «Les prestataires de services de l’emploi en Suisse 2018» de swissstaffing indique que les entreprises intérimaires ont beaucoup évolué au cours des 30 dernières années. À l’époque, elles se contentaient de placer du personnel. Aujourd’hui, elles sont des services de l’emploi professionnel dont l’un des cœurs de métier est à 98% la location de services et à 88 % du placement de personnel fixe.

L’offre de ces entreprises se modifie aussi en fonction des nouveaux profils professionnels. Une enquête menée auprès des membres de swissstaffing montre que leurs actions et réflexions sont de plus en plus globales. La grande majorité d’entre elles s’occupe de placements temporaires ou fixes. Mais 83% proposent le try & hire, un système qui permet aux employeurs et aux employés de se connaître avant de signer un contrat fixe. Et 82% ont une formule de payrolling qui aide leurs clients à outsourcer leurs prestations de RH pour tout leur personnel ou une partie seulement. De nombreux membres offrent des services tout compris. Par exemple: des services RH exigeants (chasseurs de têtes), l’encadrement des personnes licenciées à la recherche d’un nouvel emploi (outplacement) ou encore le soutien au recrutement via des processus RPO (recruitment process outsourcing) et MSP (managed service provider). Quant à la gig economy et au crowdsourcing, ce sont des tendances dynamiques. 16% des membres de swissstaffing ont leur propre plateforme pour placer des personnes à court terme.

Le monde du travail est en pleine mutation

La flexibilité et la numérisation créent de nouvelles tâches et mettent en avant des joueurs innovants qui posent de gros défis au système législatif et à l’assurance sociale. swissstaffing est à même de proposer au marché de l’emploi des solutions solides et des conditions cadres qui permettent d’allier la flexibilité de l’emploi et la sécurité sociale. De nos jours, les intérimaires ont une convention collective de travail et une caisse de pensions. Sans oublier de sensationnelles possibilités de suivre des formations continues. Cela montre que flexibilité peut tout à fait rimer avec stabilité.

Laisser un commentaire0 Commentaires
Texte: Julia Bryner

Julia Bryner est Relationship Manager de swissstaffing.

Davantage d'articles de Julia Bryner

Commenter

Ces articles pourraient vous intéresser