Crêt-Bérard

Les disruptifs ont tout changé

En 2001, le top 5 des plus grandes valorisations boursières était General Electrics, Microsoft, Exxon, Citi et Walmart. En 2016, ce classement avait complètement changé.

Apple est devenu numéro un (avec 582 milliards de dollars de valorisation boursière), suivi par Alphabet (Google), Microsoft, Amazon et Facebook. Début mars 2018, Apple était toujours numéro un avec une valeur de 900 milliards de dollars (une valeur qui a doublé en un an), suivi par Amazon (744 milliards). «Ces classements sont révélateurs du changement de paradigme de la transition digitale», a expliqué le professeur Taw-fik Jelassi, de l’IMD Lausanne, lors de sa conférence aux Rencontres Horizon 2018 à Crêt-Bérard. Devant une soixantaine de personnes, le 8 mars dernier, Tawfik Jelassi a montré comment la quatrième révolution industrielle change les règles du jeu. Il s’est notamment appuyé sur l’exemple du groupe Accor (hôtels), un géant de l’économie traditionnelle qui génère 5,5 milliards d’euros de recettes annuelles. Il y a dix ans, lors de la création d’Airbnb, les dirigeant du groupe Accor n’ont pas pris au sérieux ce nouvel acteur. Dix ans plus tard, Airbnb génère 80 milliards d’euros de recettes annuelles sans posséder un seul immeuble. Le groupe Accor vacille et a donc dû réagir. Ils ont racheté plusieurs plateformes de location en ligne (Onefinestay.com; Sharebreak et Oasis Collections) et constitué un conseil d’administration bis composé de sept femmes et de six hommes de 2 moins de 30 ans. Il est encore trop tôt pour savoir si cette réaction sera suffisante. Mais cette histoire est emblématique des autres géants disruptifs de la transformation digitale: Google, Amazon, Facebook et Uber. Pour eux, les nouvelles technologies sont et seront une source d’opportunités. Pour d’autres, elles mettent sérieusement en péril leur modèle économique.

Laisser un commentaire0 Commentaires

Marc Benninger est le rédacteur en chef de la version française de HR Today depuis 2006.

Davantage d'articles de Marc Benninger

Commenter

Ces articles pourraient vous intéresser