Leadership

Les femmes restent sous-représentées dans les instances dirigeantes

La part de femmes dans les instances dirigeantes des entreprises a augmenté en Suisse. Le taux reste toutefois très faible en comparaison internationale et n'évolue que lentement.

(ats) Un nombre croissant de postes de direction ont été attribués à des femmes. Chez les 100 plus grands employeurs de Suisse, le taux de femmes à la direction a progressé de 6% à 8%, selon le rapport 2017 du spécialiste du recrutement Guido Schilling.

Plus d'un cinquième des nouveaux membres de direction sont des femmes (21%), contre seulement 4% l'année précédente. Il s'agit d'un record après dix ans de stagnation. Les chiffres actuels sont qualifiés d'encourageants.

Besoin d'objectifs ambitieux

Les femmes représentent 21% des nouveaux membres élus aux conseils d'administration. De 16% l'an dernier, leur part totale dans les organes de surveillance est passée à 17%. Cela n'est toutefois pas suffisant pour une hausse durable et significative dans l'optique des 30% avancés par le Conseil fédéral.

Le gouvernement souhaite également ancrer dans le droit de la société anonyme un taux de 20% de femmes dans les directions des grandes entreprises cotées. Guido Schilling appelle les entreprises suisses à se fixer des objectifs ambitieux si elles ne veulent pas être surpassées par les autres pays d'Europe occidentale.

Suisse à la traîne

Selon lui, il existe aujourd'hui suffisamment de candidates parfaitement qualifiées pour siéger au sein de conseils d'administration. "L'objectif des 30% de femmes, voire plus, peut être atteint dans un délai utile, même sans quotas", estime-t-il.

"La Suisse risque de rester à quai tandis que d'autres pays d'Europe occidentale mettent le cap sur une représentation nettement plus forte des femmes", souligne Guido Schilling dans son rapport. L'Allemagne a, par exemple, instauré début 2016 un quota de 30% de femmes au minimum dans les conseils de surveillance des entreprises cotées.

L'Union patronale suisse s'est toujours opposée à l'instauration de quotas. L'intervention des pouvoirs publics nuirait à la liberté d'organisation des grandes entreprises, selon le patronat. L'Union patronale s'est contentée de lancer un "Code de conduite" à l'intention des cabinets de recrutement afin d'augmenter la part de femmes dans les postes de direction.

Secteur public en avance

Pour la première fois, le rapport de Guido Schilling collecte également les données sur les instances dirigeantes des 26 cantons suisses et de l'administration fédérale. Le secteur public est en avance sur l'économie privée. La Confédération et les cantons affichent un taux de femmes de 14%.

Les femmes peinent également à accéder aux sphères dirigeantes des petites et moyennes entreprises (PME) en Suisse. Elles occupent un cinquième des postes de direction, selon une autre étude publiée par la société d'audit et de conseil EY dans le sillage de la Journée des femmes. Cette part est en augmentation, mais des efforts restent à fournir.

En moyenne, près de 19% des membres de comités de direction et de conseils d'administration sont des femmes dans les PME suisses. Leur part était de 17% il y a deux ans.

Moins de bastions masculins

Parallèlement, le nombre d'entreprises dirigées exclusivement par des hommes diminue. Leur part se situe actuellement à 35% contre 41% en 2015.

Les petites entreprises, qui génèrent un chiffre d'affaires jusqu'à 30 millions de francs, emploient en moyenne 21% de femmes à des fonctions dirigeantes. Dans les sociétés de plus grande importance, soit avec un chiffre d'affaires supérieur à 100 millions de francs, leur part atteint 13% seulement.

En moyenne, un cinquième des entreprises interrogées pratiquent une "promotion active des femmes", selon EY. Elles offrent ainsi des modèles de temps de travail flexible (9%), des formations ciblées pour promouvoir la carrière des femmes (7%) ou forment leurs cadres en matière d'égalité (5%).

L'étude d'EY se base sur 700 entreprises non cotées en Bourse et employant entre 30 et 2000 collaborateurs.

Laisser un commentaire0 Commentaires
Texte: ATS

L’Agence Télégraphique Suisse SA (ats) est l’agence nationale suisse d’information. Elle diffuse 24 heures sur 24 des informations sur l’actualité politique, économique, sociale et culturelle. Au total, elle rédige environ180 000 dépêches chaque année.

Davantage d'articles de ATS
Log in to post a comment.

Ces articles pourraient vous intéresser