Les perspectives d'emploi sont au beau fixe pour l'été en Suisse

Les perspectives sur le marché de l'emploi sont solides, l'optimisme étant de mise chez les employeurs suisses. Les recrutements devraient progresser cet été.

Jobs3.jpeg

Depuis le mois de juillet, les entreprises sont contraintes d'annoncer auprès des ORP tous les postes de travail vacants pour des métiers où le taux de chômage dépasse le seuil de 8%. Photo: 123RF

(awp sda) La prévision d'emploi a atteint un niveau inédit depuis près de six ans, a souligné Manpower en publiant son baromètre trimestriel. Les employeurs suisses sont 5% à prévoir une augmentation de leurs effectifs d'ici fin septembre, d'après les chiffres corrigés des variations saisonnières.

Les résultats soulignent "la bonne situation des entreprises suisses", a expliqué Leif Agnéus, directeur général de Manpower Suisse, cité dans le communiqué. "Toutefois, cet élan pourrait être freiné par les pénuries de talents annoncées dans certains secteurs", a-t-il encore ajouté.

L'Arc lémanique réembauche

Au total, les employeurs de cinq des sept régions analysées prévoient une hausse ou un maintien de leur effectif d'ici fin septembre. Si la Suisse orientale et la Suisse du Nord-Ouest sont optimistes, la situation est plus difficile dans la région Mittelland (Neuchâtel, Fribourg, le Jura et Berne) et au Tessin, où le pessimisme domine. La région lémanique a quant à elle renoué avec les intentions d'embauche, après trois trimestres moroses, précise le spécialiste du placement temporaire.

Parmi les dix secteurs sondés, les employeurs dans la construction sont les plus optimistes et l'industrie manufacturière s'illustre également par des intentions de recrutements élevées, au plus haut depuis près de dix ans. A l'inverse, les perspectives d'embauche dans le secteur de l'énergie, du gaz et de l'eau ainsi que dans celui de l'hôtellerie et de la restauration sont pessimistes.

Le baromètre est basé sur une enquête auprès d'employeurs du secteur privé et public dans 44 pays et territoires. En Suisse, 760 répondants ont participé à l'étude actuelle.