Migraine: plus d'un employé sur deux s'absente une semaine par mois

La migraine a des effets dévastateurs sur la productivité au travail. Selon une étude menée par Novartis et l'Alliance européenne contre la migraine et les maux de tête (EMHA) entre septembre 2017 et février 2018 sur plus de 11'000 personnes réparties dans plus d'une trentaine de pays, six employés sur dix souffrant de cette maladie sont absents en moyenne une semaine par mois.

Arrêt maladie.jpeg

La migraine survient fréquemment à l'âge où la productivité est à son apogée - entre 35 et 45 ans. Photo: 123RF

(awp sda) Les résultats de l'étude, présentés à San Francisco à l'occasion du 60e congrès de la Société américaine contre les maux de tête (AHS), révèlent que cette pathologie réduit de moitié la productivité au travail. Parmi les participants, on trouve des patients rapportant au moins quatre migraines par mois, dont 90% ont eu recours à au moins un traitement préventif, précise Novartis dans un communiqué.

Baptisée "My Migraine Voice", l'étude a abordé les effets de la migraine sur la détérioration générale au travail, notamment la baisse de productivité (présentéisme) et le temps manqué (absentéisme) sur le lieu de travail.

Coûts importants

Alors que la migraine est fréquemment considérée comme un "gros mal de tête", les résultats de l'étude "mettent en lumière une maladie invisible mais débilitante", affirme Elena Ruiz de la Torre, directrice exécutive de l'EMHA. "Malgré leur condition invalidante, les personnes souffrant de migraine aspirent à être très productives".

En dépit des effets dévastateurs de la maladie - dont les symptôme vont des maux de tête à la sensibilité à la lumière, en passant par les nausées et les vomissements -, moins d'un patient employé sur cinq (18%) s'est vu offrir du soutien de la part de son employeur, même si une large majorité d'entre eux (63%) avaient été mis au courant de la migraine de leurs salariés.

La migraine survient fréquemment à l'âge où la productivité est à son apogée - entre 35 et 45 ans, selon Novartis - et débouche souvent sur une incapacité temporaire pendant les crises. Les personnes affectées peuvent être invalidés par les symptômes pendant plusieurs jours.

La maladie est par ailleurs très onéreuse pour la société. Le géant pharmaceutique rhénan devise son coût total entre 18 et 27 milliards d'euros (21-32 milliards de francs) en Europe et de quelque 20 milliards de dollars (autant en francs) aux Etats-Unis.