Le personnel des EMS réclame de meilleures conditions de travail

Une cinquantaine de personnes ont saisi l'occasion de la Journée internationale des soins pour manifester à Berne en faveur de meilleures conditions de travail dans les EMS. Unia réclame des mesures contre la pénurie de personnel et l'excès de stress.

EMS.JPG

Secteur en plein essor, la branche des soins et de l'accompagnement est toujours plus sous pression. Photo: Keystone

(ats) Secteur en plein essor, la branche des soins et de l'accompagnement est toujours plus sous pression. Les mesures d'austérité et les efforts visant à augmenter la rentabilité ne permettent plus aux quelque 120'000 employés d'établissements médico-sociaux (EMS) en Suisse de fournir des prestations de qualité, écrit dans un communiqué le syndicat.

Et ce dernier de dénoncer les effets dévastateurs pour le personnel, les pensionnaires d'institutions et la société tout entière. A tel point que presque un employé sur deux quitte un jour

la profession, laquelle demande pourtant toujours plus de main-d'oeuvre.

Pour inverser cette tendance, Unia en appelle à un renforcement des droits syndicaux. "On trouve encore des brebis galeuses parmi les responsables d'EMS, qui tentent d'empêcher leur personnel de se syndiquer", affirme Samuel Burri, responsable de la branche des soins d'Unia.

Or des conditions de travail saines, et par là des soins et un accompagnement de qualité, ne sont possibles que si le personnel a son mot à dire, estime Unia. Ainsi ce dernier encourage-t-il le dialogue entre partenaires sociaux avec, à l'échelon de l'entreprise, un volet de participation des travailleurs et travailleuses, écrit le syndicat.