Le chômage s'est replié l'an dernier en Suisse

Le marché du travail s'est légèrement détendu en Suisse en 2017. Le taux de chômage moyen s'est établi à 3,2%, contre 3,3% en 2016.

Jobs3.jpeg

Depuis le mois de juillet, les entreprises sont contraintes d'annoncer auprès des ORP tous les postes de travail vacants pour des métiers où le taux de chômage dépasse le seuil de 8%. Photo: 123RF

(ats) En moyenne annuelle, la Suisse a compté 143'142 chômeurs en 2017, a rapporté le Secrétariat d'Etat à l'économie (SECO). Cela correspond à une diminution de 4,1% par rapport à 2016, soit l'équivalent de 6175 personnes.

La baisse a été particulièrement marquée durant le premier semestre, avec quelque 30'000 chômeurs en moins jusqu'en juin. La situation a ensuite stagné, avant de repartir à la hausse en novembre et surtout en décembre, principalement en raison de facteurs saisonniers, a expliqué le SECO dans son communiqué.

Et effectivement, sur le seul mois de décembre, le taux de chômage s'est élevé à 3,3%, alors qu'il se montait à 3,1% un mois plus tôt.

Le SECO a souligné que le taux de chômage corrigé des variations saisonnières, bloqué de longs mois à 3,3% (il n'a pas bougé entre octobre 2015 et mars 2017), avait reculé depuis le printemps dernier. Il a fini l'année à 3%.

Par classes d'âge, le chômage des jeunes (15 à 24 ans) a connu son habituelle poussée en août, date à laquelle les étudiants terminent leur formation. Sur l'ensemble de l'année toutefois, les jeunes ont été moins affectés qu'en 2016 avec un taux moyen de 3,1% (-0,3 point). Pas de changement en revanche chez les seniors (plus de 50 ans), dont la moyenne est restée inchangée à 2,8% l'an dernier.

Neuchâtel toujours lanterne rouge

D'un point de vue cantonal, Neuchâtel est resté le plus touché du pays. Il a affiché un taux moyen de 5,6% en 2017, en retrait toutefois par rapport à l'année précédente (5,8%).

Les autres cantons romands ont également enregistré des baisses sur une année, hormis Fribourg et le Jura qui ont stagné. Genève a présenté un taux de chômage moyen annuel de 5,3% (-0,2 point par rapport à 2016), suivi par le Jura (4,6%), Vaud (4,5%, -0,2) et le Valais (3,6%, -0,3).

Quant à Fribourg, il est toujours le seul canton romand à présenter un taux de chômage (2,8%) inférieur à la moyenne annuelle nationale (3,2%).

Parmi les autres cantons suisses, Obwald et Appenzell Rhodes-Intérieures ont réussi à passer cette année sous les 1% de taux de chômage moyen (0,9% chacun). Zurich (3,5%), Berne (2,6%), Bâle-Ville (3,8%) ou encore le Tessin (3,4%) ont également amélioré leur situation, tout en restant globalement mieux loti que leurs homologues romands.

A noter finalement qu'il y a eu en moyenne 11'991 places vacantes en 2017 auprès des offices régionaux de placement (ORP). Cela correspond à une hausse de 1408 places par rapport à l'année précédente.