Paroles de dirigeant

«Nous avons donné la possibilité à sept collaborateurs de lancer leur propre start-up»

Présidente du Groupe Mutuel et du Conseil de Fondation de la Fovahm (Fondation valaisanne en faveur des personnes handicapées mentales), Karin Perraudin explique l’importance de l’humain au sein des entreprises.

«Prenez soin de vos collaborateurs et ils vous le rendront en prenant soin de votre entreprise.» Cette phrase de Richard Branson, CEO de la célèbre marque Virgin, fait totalement sens de nos jours. Dans tous les secteurs, les attentes des clients sont de plus en plus élevées et les consommateurs n’hésitent pas à comparer les produits et à exiger des services irréprochables. Il nous appartient, à nous les entreprises, de tout faire pour répondre à ces exigences.

Dans des sociétés de services comme le Groupe Mutuel, la réelle valeur ajoutée se trouve dans nos collaborateurs, au travers de leurs connaissances et compétences tant humaines que techniques. Dès lors, conserver les talents, les former et s’adapter aux nouvelles générations de collaborateurs est primordial. C’est uniquement en tenant compte des attentes et de la manière de travailler de chacun que nous pourrons, sur le long terme, demeurer un employeur attractif et satisfaire nos clients. Au Groupe Mutuel, nous sommes conscients de cette réalité et avons pris différentes mesures afin d’y parvenir. Par exemple, nous encourageons l’intrapreneurship en donnant la possibilité, en 2019, à sept collaborateurs de lancer leur propre start-up. Un coaching, une sensibilisation aux modèles d’affaires ou des formations spécifiques accompagnent ce programme. Bien entendu, nous n’aurons certainement pas sept start-ups viables à la fin de l’année, mais l’objectif est plus large. Le but est de favoriser la responsabilisation individuelle, de cultiver l’esprit entrepreneurial ou de développer le management participatif. De plus, les collaborateurs engagés dans ce programme ont la garantie de retrouver leur situation professionnelle précédente à la fin de la phase d’intrapreneurship, et ce, quel que soit le résultat de leurs projets.

Ce type de valeurs s’inscrit également dans une flexibilisation de la journée de travail. De nos jours, la journée type de 8h à 12h et de 13h à 17h n’existe plus et la frontière entre vie privée et vie professionnelle devient de plus en plus mince. C’est souvent cette raison qui pousse la jeune génération à rechercher, avec raison, un meilleur équilibre entre leur travail et leur famille. Les Millennials, qui entrent actuellement sur le marché du travail, ont encore d’autres attentes et ressentent le besoin de valeurs fortes pour s’investir pleinement dans leur job. Ces changements ne sont pas évidents pour les patrons d’entreprises et nous sommes chaque jour confrontés à des réalités économiques ou d’organisation qui compliquent la tâche. Mais cette période est passionnante, c’est un véritable changement culturel qui est en marche.

Au cœur de ce changement, nous retrouvons l’être humain qui est et qui doit rester la réelle valeur ajoutée d’une entreprise. Les craintes, les envies, les frustrations ou les idées des collaborateurs doivent être écoutées et prises en considération afin d’éventuellement adapter nos processus ou l’environnement de travail. La fameuse boîte à idées (souvent transformée en version électronique de nos jours) est encore plus importante et demeure une source d’amélioration.

Les nouvelles sociétés technologiques amènent de nouveaux modèles de travail. Certaines proposent même à leurs employés de choisir librement le nombre de semaines de vacances par année ou de travailler en amenant leur animal de compagnie. Alors bien sûr, ces exemples ne sont pas toujours adéquats et applicables, car ils dépendent du type d’entreprise et des secteurs d’activité. Mais il est de notre responsabilité de dirigeants de rester à l’écoute et ouverts aux nouvelles idées.

Laisser un commentaire0 Commentaires

Licenciée HEC Lausanne et titulaire d’un diplôme fédéral d’expert-comptable, Karin Perraudin a été Présidente de la Banque Cantonale du Valais. Depuis fin 2014, elle est Présidente du Groupe Mutuel et également membre de différents Conseils d’administration.

Davantage d'articles de Karin Perraudin

Commenter

Ces articles pourraient vous intéresser