Temporairement vôtre

Le travail temporaire entre intégration et pénurie

 

Le marché du travail est une constellation vivace composée de secteurs économiques florissants qui recherchent désespérément du personnel et secteurs en déclin qui génèrent du chômage. Certains profils professionnels voient le jour, tandis que d’autres ont fait leur temps. Le changement structurel du marché du travail s’accompagne à la fois de dynamisme et de frictions.

Dans ce contexte agité, le travail temporaire a plus que jamais vocation de lien, comme l’indique le dernier White Paper de swissstaffing à l’appui de deux sondages réalisés auprès de 4000 travailleurs temporaires et 700 entreprises.

  • Avec un éventail de profils professionnels allant de l’auxiliaire non qualifié au spécialiste hautement qualifié, le secteur du travail temporaire navigue entre les extrêmes du marché du travail. 48% des travailleurs temporaires sont qualifiés; un pourcentage qui passe à 57% lorsque l’on inclut les universitaires et les cadres. 43% travaillent comme main-d’œuvre non qualifiée.
  • Les entreprises locataires ont principalement recours au travail temporaire pour couvrir des besoins en personnel à court terme (82%), en soutien dans le cadre de projets (67%) et lors de fluctuations saisonnières (66%). 35% des entreprises utilisent le travail temporaire pour avoir accès à des spécialistes.
  • Compte tenu de la pénurie généralisée de main-d’œuvre, recruter des travailleurs non qualifiés est devenu tout aussi difficile, selon 43% des entreprises interrogées.
  • Un travailleur temporaire sur deux à la recherche d’un emploi fixe parvient à le décrocher dans les 24 mois suivant le début de sa première période de travail temporaire. Une situation qui se vérifie aussi bien auprès des travailleurs qualifiés que non qualifiés.
  • Un travailleur temporaire sur deux ayant trouvé un emploi fixe travaille pour l’une des entreprises auprès desquelles il est déjà intervenu par le passé

    .
    .

  • 42% des entreprises locataires ont des exigences plus modérées envers leurs travailleurs temporaires qu’envers leurs employés fixes, ce qui permet au travail temporaire d’assurer son rôle de passerelle.

Bilan: d’une part le travail temporaire crée des passerelles à l’intérieur du marché du travail, d’une autre il atténue la pénurie de main-d’œuvre. Dans la dynamique croissante actuelle, cette charnière revêt une importance économique capitale.

.

 

Laisser un commentaire0 Commentaires

Myra Fischer-Rosinger est la directrice de swissstaffing, l'Union suisse des services de l'emploi. Après des études à l'Université de Zurich, elle a exercé en tant que conseillère politique, notamment auprès d'Avenir Suisse et Reichert Consulting.

Davantage d'articles de Myra Fischer-Rosinger

Commenter

Ces articles pourraient vous intéresser